Publié par Julie Fortin le 30 août 2012

Débat sur le recensement obligatoire aux États-Unis

Recensement3Il y a deux ans déjà, la fin annoncée du recensement obligatoire (version longue) avait fait couler beaucoup d’encre au pays.

Depuis le printemps dernier, le même débat fait rage aux États-Unis : le American Community Survey (ACS), l’équivalent de notre formulaire long, est en danger.

Le New York Times résume bien l’affaire : pour des raisons liées à la vie privée et aux coûts associés à la réalisation de l’ACS (tiens, ces raisons me disent quelque chose!), le Congrès américain, à majorité républicaine, a voté purement et simplement pour l’élimination du budget consacré à la version longue du recensement. Plus récemment, une participation volontaire a été proposée (encore du déjà vu, n’est-ce pas?).

Comme ici, de nombreux groupes et individus se sont opposés à cette initiative. Parmi ceux-là, notons l’Association américaine de la recherche marketing (Marketing Research Association), qui évoque les coûts exorbitants associés à la collecte de données de qualité dans le contexte d’une participation volontaire.

Pour le moment, selon le Census Project Blog, aucune décision n’a été prise : la loi en question ne se serait pas rendue au Sénat, laissant ainsi le Census Bureau bénéficier d’un budget inchangé, du moins pour quelques mois. Dossier à suivre…

À lire aussi :

1 Commentaire sur “Débat sur le recensement obligatoire aux États-Unis”

  1. Brahima

    En tant que statisticien, je sais qu’une bonne base de sondage est primordiale pour réaliser de sondage de bonne qualité (précision des résultats) . Si la version courte du recensement n’altère pas la qualité de la base de sondage, il n’y a de raison de s’y opposer. Il est question de réduction de coût, là encore faut-il bien évaluer les choses. Les sondages sont utiles et utilisés dans des domaines innombrables. Est-ce que l’évaluation des coûts prend en comptes tous ces domaines?

Laisser un commentaire