Méthodes d’échantillonnage probabilistes et sondages Web

Méthodes d’échantillonnage probabilistes et sondages Web

L’échantillonnage probabiliste pose de réels défis lorsqu’il est question de sondages Web, notamment :

  • La non-disponibilité des bases de sondage, c’est-à-dire de listes valables à partir desquelles sélectionner un échantillon aléatoire.
  • S’il est aujourd’hui facile de générer des numéros de téléphone aléatoires pour effectuer des sondages téléphoniques représentatifs, il en va autrement des adresses de courriels. Un tel système ne peut que générer un nombre important d’adresses inexistantes ou inutilisées.
  • La difficulté d’établir avec certitude l’identité du répondant. Il est fort possible, par exemple, qu’une adresse de courriel soit utilisée par plusieurs personnes. Aussi, la personne qui répond au sondage n’est pas nécessairement celle qui a été invitée à le faire.
  • L’impossibilité de joindre les personnes qui n’ont pas accès à Internet.

Bien qu’imparfaites, il existe des méthodes d’échantillonnage probabilistes pour le Web, par exemple :

  • La sélection aléatoire d’un échantillon à partir d’une liste de courriels (à condition évidemment que la liste soit à jour et qu’elle couvre l’ensemble de la population à l’étude).
  • L’interception aléatoire de visiteurs sur un site Web (à condition d’avoir des données fiables sur le nombre total de visiteurs).
  • La constitution de panels Web – mon collègue Éric Lacroix a déjà abordé la question de la représentativité des panels ici.

Peu importe la méthode utilisée, il est important d’en connaître les limites et, surtout, d’en tenir compte dans la généralisation et la publication des résultats.

Source : Sampling and Inference in Web surveys, Part I – Frames and Sampling (document PDF).

Une réponse sur “Méthodes d’échantillonnage probabilistes et sondages Web”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *