Publié par Julie Fortin le 17 décembre 2008

Sondage SOM exclusif : un Québécois sur trois dépensera moins à Noël

Avez-vous commencé vos emplettes des fêtes? Pour votre information, il ne reste plus que 8 jours avant Noël! L’épée de Damoclès de la crise économique influencera-t-elle vos comportements d’achats? De façon plus précise :

Par rapport à l’an dernier, prévoyez-vous réduire vos dépenses du temps des fêtes, les maintenir au même niveau ou les augmenter?

Voilà la question que SOM a récemment posée aux Québécois. La réponse?

La majorité des répondants (60 %) comptent maintenir leurs dépenses des fêtes au même niveau que l’an dernier. C’est environ un Québécois sur trois (34 %) qui prévoit dépenser moins, comme le montre le graphique suivant. Enfin, un maigre 4 % de la population québécoise s’attend à ce que ses dépenses du temps des fêtes soient plus élevées que l’année dernière.

La génération X plus inquiète?
Les jeunes de la génération X (25 à 34 ans) sont proportionnellement plus nombreux (42 % des répondants de cette catégorie d’âge) à envisager de réduire leur consommation. Sont-ils plus inquiets que la population en général ou simplement plus prévoyants? Il faut dire que les personnes de ce groupe d’âge ont souvent beaucoup de dépenses liées à la famille.

Les femmes plus prudentes?
La proportion des personnes qui pensent réduire leurs dépenses du temps des fêtes est plus élevée chez les femmes (40 %) que chez les hommes (28 %). Voilà qui tend à appuyer les hypothèses de certains spécialistes (ici par exemple) quant au comportement plus prudent des femmes face aux investissements et à la consommation…

Montréal, Québec et les régions
Dans la grande région de Montréal, on est proportionnellement plus nombreux (38 %) à affirmer vouloir réduire les dépenses de Noël. La région de Québec se situe à l’autre bout du spectre : seul 1 adulte sur 4 compte réduire sa consommation (24 %).

L’influence de la crise économique annoncée?
Bien que certains seront tentés de lier ces résultats à la crise économique annoncée, la prudence est de mise. Il y a effectivement des signes en ce sens. Par exemple, le fait que les habitants de la région de Montréal soient plus enclins à réduire leurs dépenses par rapport à la région de Québec où l’emploi est traditionnellement plus stable (présence forte de l’administration publique). Toutefois, globalement, la réduction envisagée des dépenses des fêtes ne touche qu’un Québécois sur trois à l’heure actuelle… Il ne semble pas y avoir encore de vent de panique à l’horizon! De plus, le fait qu’une personne ait l’intention de réduire sa consommation par rapport à l’an dernier peut s’expliquer par des facteurs autres que la crise économique (ex. : situation familiale particulière, dépenses récentes imprévues). Cela dit, il sera intéressant de voir les prochains résultats de l’indice du commerce électronique (novembre et décembre notamment) pour étudier l’évolution du comportement des acheteurs par rapport à l’an dernier.

Méthodologie
Ce sondage a été mené entre le 26 novembre et le 7 décembre 2008 auprès de 1 000 adultes québécois. La marge d’erreur est de 3,7 %, 19 fois sur 20. Celle-ci augmente toutefois lorsque les données concernent un sous-groupe. Ainsi, pour la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, la marge d’erreur est de 5,5 %. Pour la RMR de Québec, elle est de 6,1 %.

Laisser un commentaire