Sondage SOM exclusif : nouvelles données sur l’utilisation de facebook

Sondage SOM exclusif : nouvelles données sur l’utilisation de facebook

1 adulte québécois sur 4 (26 %) a maintenant un profil facebook, ce qui correspond à un peu plus d’un million et demi de personnes (1,56 M). C’est ce que révèle un sondage téléphonique effectué par SOM dernièrement.

Contrairement à la controverse qu’a déjà soulevé ce genre de sondage l’an dernier, les données de SOM sont cohérentes avec celles que fournit facebook dans sa section «publicité»:

Les données produites par facebook sont bien sûr une estimation puisqu’on peut facilement voir une différence de 200 000 personnes en l’espace de quelques minutes si on répète l’opération. Quoi qu’il en soit, les données de notre sondage sont également sujettes à une marge d’erreur de 3,9 %, 19 fois sur 20. Mais l’un dans l’autre, on peut dire que SOM a visé plutôt juste!

Facebook, toujours une affaire de génération!
Malgré la popularité grandissante de facebook, l’adhésion est toujours inversement proportionnelle à l’âge des individus : la proportion de personnes qui détiennent un profil facebook diminue au fur et à mesure que l’âge s’accroît.

Avez-vous un profil facebook?
(Base : adultes québécois; n : 1 000)
% de oui

On utilise facebook d’abord pour garder le contact
Un autre sondage, effectué en ligne celui-là, nous permet de documenter quelques autres questions liées à facebook. (À noter : la marge d’erreur pour ces données est plus élevée. Voir la méthodologie à la fin de ce billet pour plus de détails.) Ainsi, lorsqu’on demande aux gens concernés : «Pourquoi êtes-vous inscrit sur facebook?», les principales raisons sont les suivantes (plusieurs réponses possibles, n : 175) :

  • Pour retrouver et prendre des nouvelles des amis perdus de vue (76 %);
  • Pour rester en contact avec sa famille (37 %);
  • Parce que tous mes amis y sont (29 %);
  • Pour partager des photos avec mes amis (29 %);
  • Pour communiquer les dernières nouvelles concernant ma vie (26 %).

Une utilisation professionnelle limitée
Parmi les choix de réponse de la question précédente, deux concernaient spécifiquement des raisons professionnelles. On remarque toutefois que, globalement, l’utilisation de facebook à des fins professionnelles touche un plus petit nombre de personnes :

  • Pour élargir mon réseau de contacts professionnels (15 %);
  • Pour faire la promotion d’une entreprise, d’une cause, d’un site ou d’un produit (9 %).

Depuis combien de temps êtes-vous inscrit sur facebook? (n : 172)
Plus de la moitié (53 %) des internautes qui ont un compte facebook sont inscrits depuis 1 an ou plus.

La moitié des «facebookiens» y passent au moins 90 minutes par semaine
Le temps passé sur facebook décroît au fur et à mesure que l’âge augmente. Par exemple, les 18-24 ans passent en moyenne 240 minutes par semaine sur le site. À l’autre bout du spectre, la moitié des 55 ans et plus y passent moins de 15 minutes!

Collectionnez-vous les «amis» facebook? (n : 175)
Près des deux tiers (64 %) des abonnés facebook ont au moins 25 «amis». Les jeunes de 18 à 24 ans ont significativement plus d’amis que tous les autres groupes. En effet, 66 % d’entre eux ont 100 «amis» ou plus! Fait intéressant, seuls 54 % des personnes qui détiennent un compte facebook ont personnellement rencontré tous leurs «amis».

Ceux qui n’y sont pas…
Les internautes québécois qui n’ont pas de profil facebook mentionnent principalement les raisons suivantes pour expliquer leur absence de ce média social (plusieurs réponses possibles, n : 223) :

  • 62 % n’y voient aucun intérêt;
  • 33 % jugent que leur vie personnelle ne concerne pas les autres;
  • 23 % disent de ne pas avoir le temps;
  • 14 % ont peur que quelqu’un vole leur identité;
  • 13 % ne connaissent pas assez facebook pour s’y inscrire.

Enfin, très peu d’internautes absents de facebook ont l’intention de s’y inscrire dans la prochaine année (seulement 4 % d’entre eux).

Méthodologie
Les données proviennent de deux sondages distincts : un sondage téléphonique pour mesurer l’incidence du phénomène facebook (proportion des personnes ayant un profil facebook) et un sondage en ligne qui mesure les autres dimensions mentionnées dans ce billet. Le sondage téléphonique a été mené du 3 au 14 juin 2009 auprès de 1 000 adultes québécois (sondage omnibus). La marge d’erreur est de 3,9 %, 19 fois sur 20. Le sondage en ligne a été mené les 28 et 29 avril 2009 auprès de 406 internautes adultes du Québec recrutés de façon aléatoire. La marge d’erreur pour l’ensemble est de 6,2 %, 19 fois sur 20. Dans les deux cas, les données ont été pondérées pour refléter les caractéristiques des populations à l’étude.

19 réponses sur “Sondage SOM exclusif : nouvelles données sur l’utilisation de facebook”

  1. Encore une fois, un billet très intéressant. Je n’ai qu’un commentaire au sujet des deux graphiques à pointes de tarte. On y représente la distribution des répondants pour deux variables qui sont de nature continue : le temps depuis l’inscription et le nombre « d’amis » facebook. Dans les deux cas, je crois qu’un histogramme serait beaucoup plus approprié, car on pourrait alors avoir une meilleur idée de la forme de la distribution. Au premier abord, je crois que c’est faisable pour le temps de l’inscription, mais pour le nombre d’amis, les classes semblent relativement grandes. Est-ce qu’il serait possible d’avoir des catégories plus fines ?

    Il aurait été intéressant de voir comment la distribution varie d’une classe d’âge à l’autre, et encore là, je crois que les graphiques à pointes de tarte ne seraient pas appropriés.

  2. Super ce sondage! Il a bien entendu été twitté, retwitté et partagé sur facebook…

    Selon un de mes contacts twitter [http://twitter.com/pcarmich] et qui est statisticien, l’utilisation de « Pie Charts » ne serait pas une bonne chose… (ou juste bon pour le « peuple »… ::) ) La prochaine fois que je le vois, je vais lui tirer les vers du nez pour en savoir davantage sur ce point… 😉

    Bonne journée.
    🙂

  3. @Claude : J’ai moi aussi lu ce billet sur le blogue de Pierre-Hugues. Mais pour les diagrammes simples comme ceux présentés, ça ne pose pas de problème.

    @Pierre-Hugues : C’est évidemment une synthèse de l’information recueillie dans les deux sondages, je ne pouvais pas tout mettre! Mais voici la réponse à une de tes demandes…

    Nombre «d’amis» facebook (base : ceux qui ont un profil facebook)

    Moins de 10 amis : 13 %
    10 à 24 amis : 22 %
    25 à 49 amis : 23 %
    50 à 99 amis : 16 %
    100 à 199 amis : 14 %
    200 à 299 amis : 3 %
    300 amis et plus : 9 %

    Comme on pouvait s’y attendre, les jeunes sont plus nombreux à avoir des grands nombres d’amis. Par exemple, 29 % des 18-24 ans disent avoir 300 amis ou plus!

  4. @Julie : Merci pour les détails. Je suis d’accord qu’en terme de simplicité, le diagramme à pointe de tarte est dur à battre, mais il peut quand même porter à confusion, surtout quand on présente des variables continues. Si tu m’en donnes la permission, j’aimerais utiliser ces deux diagrammes pour approfondir la question dans un billet sur Statistique Vitale. Merci!

  5. Il serait intéressant, au-delà de la donnée démographique (qui en dit peu pour comprendre le phénomène Facebook), d’approfondir cette étude en utilisant des variables plus axées vers le comportement des utilisateurs :
    Quelles fonctionnalités sont les plus utilisées?
    Quel pourcentage des amis ont des pseudonymes vs. des vrais noms?
    Quelle information l’utilisateur est prêt à publier?
    Qui leur a communiqué l’existence de la plate-forme?
    À quel point ajouteraient-ils comme ami un prof? Un parent?
    Sont-ils « Fans » d’une entreprise sur Facebook? D’une cause?
    Font-ils partie de groupes commerciaux?
    Utilisent-ils aussi d’autres réseaux sociaux? LinkedIn? Twitter? MySpace?
    S’en servent-ils comme d’un agenda pour les événements?

  6. @Pierre-Hugues : Pas de problème.

    @Simon : Excellentes suggestions! Si nous faisons à nouveau un sondage sur ce thème, je t’emprunte des idées!

  7. Ce qui signifie que soit le sondage de l’an passé était véritablement nul, soit facebook n’a connu aucune augmentation en un an.

    J’ai l’impression que facebook a progressé, et les chiffres le confirment. Ce qui signifie donc que le sondage de l’an passé était vraiment du n’importe quoi ! 🙂

  8. @Michael : Je ne peux pas me prononcer sur le sondage de l’année dernière; je n’ai pas consulté les résultats en entier et je ne connais pas la méthodologie utilisée. Mais cette dernière peut faire toute la différence : un sondage en ligne, par exemple, pourrait surestimer les abonnés facebook, et ce, même après la pondération des données.

  9. Merci Julie pour l’info sur le sondage. Vraiment intéressant de constater l’ampleur du phénomène facebook.

  10. Excellent travail!

    Ceux qui s’intéressent au marketing par Web à l’échelle nationale et internationale peuvent se demander aussi comment ces chiffres comparent aux chiffres des diverses régions du Canada, ex L’Ontario, C-B, les prairies, les provinces Atlantique, le grand nord…

  11. Bonjour Julie

    je vais ecrire un memoire sur l’impact des sondages et questionnaires via les media sociaux , tels que facebook,likedin ou twitter (je suis etudiant en maitrise d’administration). je veux envoyer des sondages sous forme de questionnaire via ces 3 sites, et mesurer le taux de reponse, pour savoir si vraiment l’impact est significatif pour que des entreprises puissent s’engouffrer dans le filon et utiliser plus ces medias pour leur plan d’affaires.
    pourriez vous me donner quelques pistes de recherche sur le sujet, ou m’orienter vers des articles qui traitent du sujet. et bien sur que pensez vous de ces outiles vous meme?
    merci d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *