La bannière

La bannière

Pour les spécialistes du sondage, la bannière est un mot de tous les jours que l’on emploie sans se douter qu’il puisse être étranger au commun des mortels. En fait, je m’en doute, car sinon je n’écrirais pas ce blogue! Mon objectif ici est justement de vulgariser ce concept au bénéfice de tous.

Qu’est-ce que c’est?

La bannière constitue l’ensemble des variables par lesquelles on souhaite « croiser » nos résultats globaux. Par exemple, on ne se contente pas de savoir que 85 % des Québécois sont vaccinés. On veut connaître le taux de vaccination par région, par groupe d’âge, selon le genre, etc. C’est ce que permet de faire la bannière, qui est la principale composante des tableaux croisés.  

Comment l’interpréter?

Généralement, on a tendance à consulter la bannière pour vérifier si certains résultats varient selon différents segments de la population. Cependant, l’absence de différences pour une variable donnée n’équivaut pas à l’absence de constat. En effet, si votre campagne publicitaire grand public a été vue par 75 % des Québécois et qu’il n’y a pas de différence significative selon l’âge, cela voudra dire grosso modo que votre campagne aura rejoint autant les jeunes que les personnes âgées. Un fait d’armes! Toutefois, si votre produit s’adresse uniquement aux jeunes, peut-être que votre placement média est à revoir…

Savoir ce que l’on cherche

On peut facilement se perdre dans la bannière, car un traitement statistique moyen produit plus de 10 000 chiffres, incluant les résultats d’ensemble. Les résultats de la bannière à eux seuls peuvent multiplier le nombre de résultats du sondage par un facteur pouvant facilement osciller entre 50 et 100, voire beaucoup plus. Il faut donc construire la bannière de manière stratégique et faire attention à l’inflation dans le nombre de variables!

Au moment de l’analyse, la manière d’examiner la bannière dépend des objectifs de la recherche. En ce sens, il faut résister à la tentation de tout regarder. L’important est d’extraire seulement ce qui a une portée réelle pour éclairer les résultats et faire émerger des constats intéressants. Des hypothèses de recherche peuvent certainement aider dans cet exercice.

Ne pas oublier l’analyse multivariée

Dans une bannière classique, on examine les variables deux par deux, comme si elles formaient un couple ne subissant aucune influence de leur entourage. Or, souvent, plusieurs variables de la bannière sont corrélées entre elles. Un taux de vaccination plus élevé dans une région ne veut pas nécessairement dire que cette région est la championne de la vaccination. Ça peut simplement vouloir dire qu’on y retrouve plus de personnes âgées!

L’analyse multivariée permet d’aller au-delà d’une mise en relation binaire des variables. Il ne faut pas s’en priver. Selon le contexte de votre étude, analyse factorielle, analyse de régression et analyse conjointe sont autant de méthodes qui peuvent vous aider à aller plus loin dans l’analyse. Mais on y reviendra, car c’est un peu ardu pour un cours d’été! Bonnes vacances!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.