Publié par Maxime Ferland - collaboration spéciale - le 12 août 2010

Métiers de la recherche : codeur

Smarties-codeur2Dans la chaîne de production de SOM, chaque employé a un rôle à jouer pour assurer la qualité de la collecte des données. C’est le cas également des codeurs.

Leur travail s’insère entre la collecte proprement dite et le traitement des données. Ils classifient les réponses aux questions ouvertes, qui sont souvent des questions très significatives dans un sondage.

Le travail de codeur

Le travail de codeur consiste à prendre une question ouverte, à lire les réponses qui y sont associées et à les regrouper sous une étiquette résumant le mieux chacune des réponses.

Il y a plusieurs types de codification selon le niveau de détail recherché. Par exemple, on peut demander à préciser chaque commanditaire d’un événement ou, plutôt, les rassembler tous sous une étiquette plus englobante. Tout dépend des besoins du client.

Le codeur doit également voir à ce que les réponses obtenues correspondent bien à la question et qu’elles ont été saisies correctement par l’intervieweur. Étant donné que les codeurs lisent toutes les réponses aux questions ouvertes, c’est à eux de signaler aux responsables de la collecte s’il y a des problèmes à corriger.

Les caractéristiques recherchées d’un codeur

Pour être un bon codeur, une personne doit avoir une bonne vitesse de lecture et d’assimilation des données. Savoir lire entre les lignes peut parfois se révéler utile également! Cependant, en cas de doute pour codifier une réponse, écouter l’entrevue concernée permet d’accroître la qualité de la codification.

Il faut également posséder un esprit de synthèse et une mémoire bien développés. Cela évite de retourner voir 40 fois la liste des codes pour classer 40 réponses. Finalement, être minutieux est un bel atout. Cela permet au codeur de faire un travail de qualité, qui correspond aux attentes des clients.

Les défis associés au travail de codeur

Le principal défi des codeurs est lié à l’aspect répétitif des tâches : jour après jour, le codeur doit lire des réponses à des questions ouvertes et les classer selon les besoins du client. C’est un travail qui se fait à l’ordinateur et généralement en solitaire.

Les projets et les clients de SOM sont très diversifiés. Il arrive que des sujets complexes demandent un savoir particulier pour bien faire la codification. Le bagage de connaissances générales du codeur peut alors faciliter la codification.

Un autre défi important pour les codeurs est de respecter les délais. Parfois, un projet se termine plus tôt que prévu et le client souhaite obtenir les données à l’avance. Il faut donc savoir gérer le stress et travailler sous pression.

En résumé, être un codeur est un travail intellectuel intense et répétitif, produisant une multitude de petits défis personnels très valorisants. Chaque codeur travaille seul, mais peut faire confiance aux autres membres de l’équipe pour l’épauler. La collaboration de chacun permet d’ailleurs de conserver l’agréable ambiance de travail qui règne dans l’organisation.

Note : Maxime Ferland est responsable codeur au bureau de SOM à Québec.

2 Commentaires sur “Métiers de la recherche : codeur”

  1. Angela Labellarte

    .. un poste très intéressant et valorisant, comme tous les profils professionnels chez SOM entre autre ! Bravo les codeurs, lâchez pas… peut-être on va être des collègues un jour.. ???

  2. Nickie

    Oh que oui, le moins que l’on puisses dire c’est qu’un c’est un boulot coloré! J’en fais dans le cadre de mon travail de superviseur de centre d’appels (lorsqu’il y a moins de travail en centrale) et c’est là aussi qu’on se rend compte à quel point la formation au début et en continue est essentielle auprès des interviewers.

    En ce sens que on se retrouve parfois et même plus que parfois, à devoir coder des réponses ouvertes qui n’ont aucune allure. Oui bien sur il est important d’inscrire les réponses des répondant afin de ne pas faire d’interprétation: mais encore faut-il user de jugement afin que les réponses soient en concordance avec les questions.

    D’où l’importance d’avoir des interviewers présents d’esprit, et aptes à saisir rapidement si la réponse est adéquate, si la question a vraiment été comprise par le répondant, de façon à ne pas se retrouver avec n’importe quoi.

    Quoi que certains en pensent, le travail d’interviewer n’est pas donné à tout le monde et n’a rien de facile.

Laisser un commentaire