Publié par Julie Fortin le 6 octobre 2009

Les sondages en ligne comme substituts aux groupes de discussion?

groupe-casse-tête2C’est un court billet de Joe Hopper (Versta Research) qui m’a fait réfléchir à cette question : les sondages Web sont-ils en train de remplacer les groupes de discussion traditionnels? Dans certains cas, oui. Grâce aux possibilités offertes par les sondages en ligne, de plus en plus de clients choisissent ce moyen. Mais le groupe de discussion (ou focus group) a toujours sa place en recherche!

Les sondages en ligne

En fait, les sondages en ligne se substituent parfois aux groupes de discussion, mais dans des cas bien précis, particulièrement en recherche marketing. Par exemple, les tests de produits et l’évaluation de campagnes publicitaires, qui s’effectuaient souvent au moyen de groupes de discussion, se prêtent  bien aux sondages Web. Pourquoi?

  • Parce que les sondages en ligne permettent d’inclure des images et des vidéos de vos produits, de vos campagnes. Ainsi, dans le confort de son foyer, le répondant peut donner son avis sur un produit, expliquer ce qu’il a compris d’une publicité télé, etc.
  • Parce que les sondages Web offrent la possibilité de joindre un plus grand nombre de personnes, plus rapidement, et ce, peu importe où elles se trouvent.
  • Parce que les sondages en ligne font tout ça à un coût souvent moins élevé.

Les groupes de discussion

Le sondage en ligne, malgré toutes ses possibilités, ne constitue pas une panacée : il permet peu d’aller en profondeur dans la compréhension des perceptions, des attitudes et des comportements. La recherche reste tributaire de ce que le participant voudra bien écrire…

Aussi, le groupe de discussion (focus group) est toujours pertinent. Qu’on le compare au sondage en ligne ou aux «online focus groups» (comme le fait Elizabeth Harrington dans cet intéressant article dont je m’inspire), le groupe de discussion traditionnel a des avantages indéniables sur la recherche en ligne, par exemple :

  • L’intervention de l’animateur (oui, oui, une personne véritable, en chair et en os!) est le pivot des groupes de discussion : non seulement guide-t-il le flot des discussions, mais il peut également découvrir et suivre des filons insoupçonnés, creuser en profondeur certains thèmes et utiliser des techniques poussées pour faire émerger des idées créatives.
  • Les groupes de discussion traditionnels permettent de capter et d’analyser le «non-verbal» des participants, ce qui est plutôt difficile avec la recherche en ligne (par pitié, ne me parlez pas des émoticônes ici! Les :) :( et les ;) ne remplacent pas l’émotion humaine et sont tout ce qu’il y a de plus intentionnel, contrairement à certains rictus incontrôlés qui en disent long sur une pensée, une attitude).
  • La dynamique de groupe est un autre avantage : discussion, débat d’opinions, enrichissement des idées des autres, partage… Bref, comme le dit l’expression, le tout (dans ce cas-ci le groupe) équivaut à plus que la somme de ses parties!

Lequel privilégier?
Sondage en ligne ou groupe de discussion? Ici une seule réponse : ça dépend! Comme je le dis souvent, la méthode doit être établie en fonction des objectifs de recherche et non l’inverse. Si vous avez besoin de conseils, n’hésitez pas à communiquer avec nous.

6 Commentaires sur “Les sondages en ligne comme substituts aux groupes de discussion?”

  1. Twitted by pcarmich

    [...] This post was Twitted by pcarmich [...]

  2. Twitted by Emergent007

    [...] This post was Twitted by Emergent007 [...]

  3. Twitted by Yer_thinking

    [...] This post was Twitted by Yer_thinking [...]

  4. Twitted by Aboil024

    [...] This post was Twitted by Aboil024 [...]

  5. Juan

    Bonjour,
    il est plus facile de traiter les données d’un sondage que les données d’un groupe de discussion.
    Je vois mal comment traiter les 100000 réponses collectées avec mon sondage avec un groupe de discussion
    Cordialement
    Juan

  6. Julie Fortin

    En fait, lorsqu’on fait de la recherche qualitative (des groupes de discussion par exemple), on ne poursuit pas les mêmes objectifs qu’en recherche quantitative (un sondage par exemple). Ainsi, on ne recueille pas autant de données et la façon de les analyser est totalement différente.

Laisser un commentaire