Publié par Julie Fortin le 26 novembre 2008

Les enjeux éthiques de la recherche en ligne

La recherche qui utilise Internet est soumise aux mêmes règles éthiques que la recherche traditionnelle. Eh oui! Même si les technologies sont insensibles, les sujets, eux, restent humains! Mais en plus des considérations éthiques habituelles, de nouvelles variables doivent être considérées lorsqu’on parle de recherche en ligne. Un comité de travail spécial de l’éthique de la recherche en sciences humaines (du Groupe consultatif interagences en éthique de la recherche) identifie trois types de recherche utilisant Internet et discute des enjeux éthiques qui s’y rapportent. Le rapport complet est disponible ici.

La recherche non intrusive basée sur Internet
Il s’agit de la recherche qui ne nécessite pas l’implication directe du chercheur; celui-ci utilise des données publiques (textuelles ou multimédias par exemple) disponibles sur le Web. Bien qu’à première vue ce type de recherche ne pose aucun dilemme éthique, l’utilisation de données sensibles, provenant par exemple d’une session de clavardage, est discutable. La frontière est parfois mince entre la sphère publique et la sphère privée.

La recherche «impliquante» basée sur Internet
La recherche est «impliquante» lorsqu’elle requiert du chercheur une participation active, par exemple, dans un groupe de clavardage ou un forum de discussion en ligne. Les questions éthiques soulevées ont surtout trait au consentement libre et éclairé : si le chercheur demeure anonyme, il ne peut prétendre au consentement libre et éclairé. S’il s’identifie et qu’il explique les objectifs de la recherche, il risque de transformer le contexte de l’observation et de biaiser les données. Les auteurs soulignent également les problèmes de consentement particuliers aux mineurs et à leurs parents.

La recherche en ligne
Les auteurs retiennent ce terme pour la recherche en ligne qui implique la collecte de données à partir de sondages, de groupes de discussion ou d’entrevues. Encore une fois, les enjeux éthiques concernent le consentement libre et éclairé : s’adresse-t-on vraiment à la bonne personne? Est-elle mineure? A-t-elle compris les tenants et aboutissants de la recherche? On traite également de vie privée, d’anonymat et de confidentialité ainsi que des modes de transmission et de conservation des données.

Clin d’œil historique (tiré de Wikipédia)
L’éthique de la recherche telle qu’on la connaît aujourd’hui tire son origine du Code de Nuremberg, lui-même une conséquence directe du procès de Nuremberg qui a révélé les expériences médicales nazies sur les humains – des histoires d’horreur. Le Code de Nuremberg établit pour la première fois le principe éthique de base de la recherche avec des humains : le consentement libre et éclairé. Toujours d’actualité, ce principe pose de nouveaux défis aux chercheurs qui utilisent Internet pour recueillir des données.

Laisser un commentaire