Publié par Julie Fortin le 21 octobre 2008

La LNNTE aura-t-elle un impact sur les taux de réponse?

En d’autres mots, la liste nationale des numéros de télécommunication exclus (LNNTE) donnera-t-elle un coup de pouce aux firmes de sondage? Comme je l’ai déjà expliqué ici et ici, la LNNTE a pour objectif de réduire le nombre d’appels de télémarketing chez les inscrits. Si le nombre d’appels indésirables diminue, les gens seront-ils plus enclins à prendre un peu de leur temps pour répondre à des sondages? C’est une bonne question…

Dans un précédent billet sur le sujet, le commentaire de Martin montrait un grand scepticisme sur la capacité de la LNNTE à véritablement réduire le nombre d’appels indésirables; il s’appuyait sur le peu d’amendes imposées aux télévendeurs aux États-Unis. Ce n’est toutefois qu’à l’usage que nous pourrons en vérifier l’efficacité au Canada - de même que son impact sur les taux de réponse aux sondages d’opinion. Mais peut-on tirer des leçons de l’expérience de nos voisins du sud?

Aux États-Unis, une telle liste d’exclusion existe depuis 2003 déjà. Dans son rapport annuel 2007 (PDF), la Federal Communications Commission mentionnait les données suivantes issues d’un sondage Harris Interactive mené en 2005 :

  • 76 % des adultes américains s’étaient enregistrés sur la Do-Not-Call List;
  • 92 % des répondants enregistrés sur la liste disaient recevoir moins d’appels de télémarketing.

Ces données sont encourageantes! Mais qu’en est-il de l’impact sur les sondages d’opinion? Un article paru en 2006, soit trois ans après l’entrée en vigueur de la liste américaine, montre des résultats assez décevants à ce chapitre. Des chercheurs ont examiné les taux de réponse des sondages mensuels menés par un organisme gouvernemental dans près de 50 états américains (avant et après l’implantation de la Do-Not-Call List). Je vous épargne les détails, mais les chercheurs concluent que la liste d’exclusion n’a eu aucun effet significatif sur les taux de réponse, ni positif ni négatif. Reste à voir si ce sera la même chose ici…

Référence complète de l’article :
LINK, Michael W., Ali H. MOKDAD, Dale KULP et Ashley HYON (2006). «Has the national do not call registry helped or hurt state-level response rates? A time series analysis.», Public Opinion Quarterly, vol. 70, no 5, p. 794-809.

3 Commentaires sur “La LNNTE aura-t-elle un impact sur les taux de réponse?”

  1. Graeme

    C’est étonnant d’utiliser encore le téléphone pour faire des sondages ou du télémarketing en 2008 !
    Avec les nouveaux outils, il serait temps de passer à autre chose.
    Je préfère nettement répondre à des sondages en ligne qu’au téléphone pendant que je mange le soir…

  2. Julie Fortin

    Il y a plusieurs raisons pour continuer à faire des sondages téléphoniques! Votre intervention mérite plus qu’une petite réponse… Je vais en faire un billet, à surveiller au début de la semaine prochaine!

  3. Pourquoi faire des sondages téléphoniques et pas seulement des sondages en ligne?

    [...] aujourd’hui pour répondre au commentaire suivant qu’écrivait un lecteur à la suite de mon billet sur la LNNTE et les taux de réponse [...]

Laisser un commentaire