Archive pour le sujet ‘opinion publique’

Publié par Julie Fortin le 8 avril 2010

Le «Verdict» : est-ce vraiment votre opinion?

Pt-exclamation2Lundi soir, c’était la première émission du «Verdict» de Véronique Cloutier. J’avais entendu parler du concept de l’émission, que je trouve plutôt original et non dépourvu d’intérêt soit dit en passant, mais bien honnêtement, j’ai complètement oublié de regarder la première lundi. Mais après que mon collègue Francis Dufour ait piqué ma curiosité ce matin sur la méthodologie utilisée, je me suis reprise en visionnant quelques extraits sur internet.

D’entrée de jeu, l’animatrice explique brièvement la méthodologie des sondages sur lesquels s’appuie l’émission :

Les sondages [...] sont faits avec un échantillon qui représente 5,9 millions de Québécois francophones avec une marge d’erreur de 4 %, 19 fois sur 20.

Cette toute petite phrase comporte pas moins de trois erreurs (sans compter les omissions). Pourriez-vous les trouver?

Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 2 février 2010

Consultations prébudgétaires : optimiser le questionnaire

Balance2Le gouvernement du Québec a mis en ligne une consultation publique sur l’économie et les finances publiques. Il s’agit d’une initiative fort louable et j’encourage l’utilisation de tels mécanismes démocratiques. Le site a d’ailleurs le mérite de regrouper une mine de renseignements utiles (voir la section Je m’informe). Il propose également une section consacrée aux discussions ainsi qu’un questionnaire pour donner son opinion.

Bon, je suis certaine que vous me voyez venir, là! En fait, j’ai voulu participer à cette consultation en remplissant le dit questionnaire… mais les quelques frustrations que j’ai éprouvées m’ont empêchée d’aller jusqu’au bout. Si on avait suivi quelques principes fondamentaux qui guident la conception de questionnaires, l’expérience du répondant (le citoyen dans ce cas-ci) aurait été grandement améliorée.

Lire la suite »

Alcool-et-conduiteSuivant la recommandation de la Table québécoise de la sécurité routière, le gouvernement du Québec envisage de réduire la limite d’alcool permise pour les conducteurs d’un véhicule. Ainsi, le taux d’alcoolémie passerait de 0,08 % à 0,05 %. Êtes-vous d’accord avec cette mesure?

Globalement, 61 % des internautes québécois sont d’accord avec la nouvelle mesure (tout à fait d’accord : 42 %; plutôt d’accord : 19 %). Proportionnellement, les femmes sont plus nombreuses à être d’accord (69 %) que les hommes (53 %).

A-t-on encore affaire au «mystère Québec»?

Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 13 novembre 2009

Avez-vous un constat amiable dans votre voiture?

Porte-clés-(voiture)2

Un sondage SOM pour le Bureau d’assurance du Canada

Saviez-vous que le constat amiable, ce formulaire à remplir lors d’un accident d’automobile où il n’y a pas de blessés, fête ses 30 ans? C’est en effet en 1979 qu’il a fait son apparition dans nos voitures (ou dans celles de nos parents pour certains!).

Un récent sondage SOM mené pour le compte du Bureau d’assurance du Canada (BAC) révèle que le constat amiable est un outil bien connu, mais relativement peu utilisé :

Lire la suite »

Les trois quarts des internautes québécois jugent que la crise économique qui frappe le Québec et le Canada est soit moins grave (38 %), soit d’une gravité équivalente (39 %) à ce qu’on nous avait annoncé

3D chrome Dollar symbolPrès d’un internaute sur 4 (23 %) estiment plutôt que la crise est «plus grave» ou «beaucoup plus grave» que prévu. Cette proportion est significativement différente dans certains groupes. Par exemple :

  • Les plus jeunes sont moins nombreux à faire ce constat (15 %) que les plus âgés (45-54 ans : 28 %; 55 ans et plus : 33 %). L’insouciance de la jeunesse?
  • Les mieux nantis (revenu personnel de 55 000 $ et plus ; revenu familial de 75 000 $ et plus) sont également moins nombreux à juger la crise plus grave (18 %). Avoir plus d’argent met-il à l’abri?

Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 9 avril 2009

La recherche sur l’opinion publique au gouvernement du Canada

Dans un rapport annuel paru récemment (en février dernier), le ministère des Travaux publics et Services gouvernementaux du Canada fait le bilan de la recherche sur l’opinion publique au gouvernement du Canada.

Ainsi, en 2007-2008, 446 projets d’une valeur de près de 25 millions de dollars ont été coordonnés par la Direction de la recherche sur l’opinion publique (volume en diminution par rapport à l’année précédente). Les ministères les plus actifs ont été Santé Canada, Ressources humaines et Développement social Canada, l’Agence du revenu du Canada, la Défense nationale et Ressources naturelles du Canada.

Lire la suite »

Environ trois semaines avant les élections du Québec – j’étais alors au même resto rapide dont Julie parlait ici - je suis tombé, entre deux bouchées de mon succulent burger, sur un article de Marie-France Bazzo publié dans le journal de Québec. Elle y explique pourquoi elle n’ira pas voter. En substance, l’élection ne l’inspire pas car nos politiciens ne comprennent pas la «soif d’idéal» de l’électorat; elle recommande même de ne pas aller voter et d’alerter ainsi la classe politique «par un significatif ras-le-bol, quelque chose comme à peine 50 % de taux de participation.» (Elle doit être contente, il y a eu 57 % de participation à l’élection du 8 décembre.) Pour moi, c’est un triste moment de journalisme que cette promotion de l’abstention!

Lire la suite »

L’élection présidentielle américaine de 1936 a marqué l’histoire des sondages d’opinion : un petit échantillon représentatif (1 500 personnes) a fait une meilleure prédiction qu’un énorme échantillon (plus de deux millions de personnes!!!) à participation volontaire. L’introduction d’un rapport du Centre d’expertise des grands organismes du gouvernement du Québec relate l’anecdote (p. 6) :

En 1936, six candidats s’affrontaient pour la présidence des États-Unis, dont le démocrate Franklin D. Roosevelt, président en poste, et son principal adversaire, le Républicain Alfred M. Landon. Avant l’élection, la revue Literary Digest distribua un sondage afin d’anticiper l’issue du scrutin. Près de dix millions de bulletins de sondage furent distribués aux abonnés du magazine, à des gens figurant au bottin téléphonique, à des propriétaires d’automobiles et à des gens inscrits sur les listes électorales. Bien que la participation au sondage se faisait volontairement, plus de deux millions de bulletins ont été retournés. Le Literary Digest ayant prédit correctement le résultat des cinq élections présidentielles précédentes, toute l’Amérique s’attendait à une passation des pouvoirs lorsqu’il annonça que le prochain président serait Alfred M. Landon.

Lire la suite »