Archive pour le sujet ‘méthode’

Publié par Julie Fortin le 10 janvier 2011

Retour sur la journée Infopresse – vigie et recherche marketing

ConferenceLe 8 décembre dernier, j’assistais à la  journée Infopresse dédiée aux nouvelles tendances de la recherche marketing. Je n’ai malheureusement pas eu le temps de vous en parler avant, mais vaut mieux tard que jamais!

Dans l’ensemble, je retire des bénéfices de cette journée dans la mesure où plusieurs conférences ont stimulé ma réflexion. Voici quelques-unes de mes impressions à la suite de ce que j’y ai vu et entendu. Je vous parle brièvement des cinq conférences de la journée.

Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 15 septembre 2010

Médias sociaux et recherche marketing (2) : l’analyse des humeurs

Conversations2«L’analyse des humeurs» est ma traduction libre – je trouve ça plus poétique! – de l’expression Sentiment Analysis. Pour simplifier, disons que la Sentiment Analysis consiste à analyser les contenus générés par les utilisateurs sur les médias sociaux (c’est la troisième catégorie à laquelle je faisais allusion dans un récent billet).

Le principe est simple : comme les consommateurs parlent spontanément des marques et des entreprises sur internet, pourquoi ne pas utiliser ces «conversations» à des fins de recherche marketing?

Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 1 septembre 2010

Médias sociaux et recherche marketing (1) : état des lieux

Reseau-multi2Il y a longtemps que je me promets d’écrire une série d’articles sur l’utilisation des médias sociaux comme nouvelle méthode de recherche marketing. Il se dit tellement de choses à ce sujet! Je vais donc essayer de vous dresser le portrait actuel de cette nouvelle tendance.

Les médias sociaux

Je ne crois plus avoir besoin de définir la notion de médias sociaux. Mais juste au cas où, disons grosso modo qu’il s’agit des applications web qui permettent aux utilisateurs de créer et de partager du contenu. Les outils les plus connus sont certainement les blogues ainsi que les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter (voir une définition plus complète des médias sociaux).

Comment utilise-t-on les médias sociaux en recherche marketing?

Lire la suite »

Sondage-entreprise2Dans un sondage, la population à l’étude est souvent constituée d’entreprises ou d’organismes, plutôt que d’individus de la population en général. C’est le cas de plusieurs évaluations de programme ou de recherches qui portent spécifiquement sur les PME, par exemple.

Or, c’est une réalité bien différente des sondages qui visent les particuliers. Dans ce contexte, un certain nombre de conseils s’imposent. Voici donc 7 recommandations pour accroître le succès des sondages auprès des entreprises.

Lire la suite »

Recensement3La nouvelle, publiée en pleine effervescence de l’après-G20, n’a pas fait beaucoup de bruit. Le 29 juin dernier, on apprenait ainsi que la version longue du questionnaire de recensement, habituellement envoyé à 1 ménage sur 5, ne comportera plus de participation obligatoire (voir l’article de Cyberpresse).

Il sera plutôt remplacé par une enquête à participation volontaire, soit l’enquête nationale auprès des ménages, qui ciblera le tiers des ménages canadiens. En revanche, la version courte du recensement demeurera obligatoire.

Les conséquences de cette décision seront dommageables pour toute l’industrie du sondage. Voici pourquoi.

Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 14 juillet 2010

La pondération des données

Balance-pondérationLorsqu’on lit la méthodologie d’un sondage, on remarque souvent la phrase suivante (ou son équivalent) : «Les données ont été pondérées pour refléter les caractéristiques de la population à l’étude…». Et si on s’arrêtait un instant à cette fameuse pondération? Évidemment, je simplifie grandement le concept à des fins de compréhension.

Qu’est-ce que la pondération? Pourquoi pondérer les données?

La pondération des données consiste à accorder un coefficient de pondération (un poids) à chacun des individus d’un échantillon. L’objectif premier de l’exercice est de corriger la représentativité de l’échantillon en fonction de certaines variables clés afin d’être en mesure d’extrapoler les résultats du sondage à la population.

Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 9 juillet 2010

Questions ouvertes : le cas particulier des sondages en ligne

Question-sondage-web2Introduire des questions ouvertes dans un sondage en ligne est très pertinent. Le répondant peut prendre le temps nécessaire pour écrire sa réponse et, contrairement au sondage téléphonique, il n’y a pas d’intermédiaire (intervieweur) : ce sont les mots exacts choisis par le répondant.

L’expérience montre d’ailleurs que les répondants n’hésitent pas à répondre aux questions ouvertes d’un sondage web; ils ne sont pas avares de détails et, dans certains cas, peuvent même être très bavards!

Ainsi, le taux de réponse pour ce type de question est généralement bon. La qualité des réponses également. Mais pour cela, certains éléments spécifiques aux sondages en ligne doivent être pris en considération (en plus des éléments communs à tout type de sondage).

Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 6 juillet 2010

Les questions ouvertes d’un sondage

Question-ouverte(pt-interroLes sondages comportent souvent – mais pas toujours – au moins une «question ouverte». Par définition, une question ouverte ne propose aucun choix de réponse : le répondant est libre de s’exprimer comme il le souhaite, en utilisant ses propres mots.

Peu importe qu’il s’agisse d’un sondage téléphonique ou d’un sondage web, ce type de question offre plusieurs avantages. Mais elles comportent également des défis, sur le plan méthodologique notamment.

Lire la suite »

Design-web2Plusieurs facteurs peuvent influencer le taux de réponse des sondages en ligne. Parmi ceux-là, un certain nombre est attribuable au design du questionnaire, c’est-à-dire à la conception de l’interface web du sondage.

Dans un récent article* de la Social Science Computer Review, deux chercheuses font le bilan de la recherche empirique sur cette question : quelles caractéristiques du design d’un sondage web peuvent contribuer à diminuer la non-réponse? Bien sûr, cela peut varier selon les contextes. Voici tout de même quelques pistes tirées de l’article.

Lire la suite »

En consultant l’un de mes blogues préférés, celui de Vovici, je suis tombée sur cet encart méthodologique (voir plus bas), qui est en fait un formulaire standard de l’AAPOR (American Association for Public Opinion Research). En un clin d’œil, on a accès à tous les renseignements méthodologiques nécessaires pour comprendre la portée des résultats et évaluer la crédibilité des données présentées.

Image 6Source : Blogue de Vovici

Il me semble que ce format conviendrait particulièrement bien aux médias; tout en renseignant le lecteur adéquatement, cela montrerait un souci de préserver la rigueur scientifique…!

Publié par Julie Fortin le 11 juin 2010

Peut-on être «trop» éthique?

Pensée-éthique2J’en conviens, la question peut paraître étrange à première vue : comment pourrait-on être trop éthique en recherche? Évidemment, je ne remets pas en question le respect des principes éthiques de la recherche. Mais je me questionne sur la façon dont on les applique parfois – et je parle ici des principes éthiques à l’égard des sujets qui participent à la recherche (ex. : répondants). Sur le plan pratique, il arrive que la «sur-éthique» nous joue des tours.

Éthique de la recherche : les origines

Les principes éthiques qui guident la recherche aujourd’hui tirent leur origine du procès de Nuremberg (1945-1946) intenté contre les principaux dirigeants de l’Allemagne nazie. Parmi les accusés, on retrouvait plusieurs médecins ayant mené des expériences sur les détenus des camps de concentration. Le code de Nuremberg (1947), élaboré à l’issue du procès, regroupe dix principes éthiques à respecter lors d’expérimentations avec des sujets humains.

Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 4 juin 2010

Sondages en ligne : quels indicateurs suivre? (5)

Lunettes-suivi3Pour clore ma série de billets sur les indicateurs les plus pertinents à suivre au cours d’un sondage en ligne, je vous parle aujourd’hui du suivi des données recueillies. Ce n’est pas un indicateur au même sens que les précédents, mais il est tout aussi important, particulièrement en début de collecte.

Suivi des données

Faire le suivi des données, ça veut tout simplement dire d’examiner les réponses fournies par les répondants. Comme notre système nous permet d’accéder aux données individuelles (réponses) et collectives (fréquences) en temps réel, cette tâche est simple.

Lire la suite »

Address-based-samplingDepuis environ 25 ans au Québec, on utilise la génération aléatoire de numéros de téléphone (GANT) (en anglais Random Digit Dialing – RDD) pour constituer des échantillons probabilistes. SOM a d’ailleurs utilisé cette méthode dès sa fondation en 1986.

Comme solution de rechange au RDD, une nouvelle tendance se dessine (surtout aux États-Unis pour le moment) : il s’agit de l’échantillonnage basé sur les adresses de résidence pour sélectionner les ménages qui répondront à un sondage (en anglais Address Based Sampling – ABS).

Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 13 mai 2010

«Focus» sur le groupe de discussion

Groupe-discussion-test2La revue scientifique Recherches qualitatives consacre entièrement son premier numéro de 2010 aux entretiens de groupe (groupe de discussion, focus group, entrevue de groupe…).

Je parle rarement de recherche qualitative sur ce blogue. Pourtant, ces méthodes sont très utilisées en recherche marketing et sociale. Et comme je viens d’animer une série de 12 groupes de discussion, les textes proposés par Recherches qualitatives m’ont particulièrement intéressée. Je vous en recommande d’ailleurs vivement la lecture; tous les articles présentent un intérêt! Je vous parle brièvement de trois d’entre eux qui ont particulièrement attiré mon attention.

Lire la suite »

Loupe-graphique2Il m’arrive souvent de critiquer les résultats de sondage qui paraissent dans les médias (ici et ici par exemple). Trop souvent, la méthodologie est incomplète, trompeuse ou carrément erronée.

De plus, on commet souvent la faute de diffuser une marge d’erreur avec les résultats d’un sondage non probabiliste (ex. : sondage mené auprès d’un panel de volontaires par opposition à un recrutement de panélistes aléatoire – voir à ce sujet la recommandation de l’Association américaine de la recherche sur l’opinion publique).

Mais je lève mon chapeau à l’Agence QMI et à Canoe qui publiaient ce matin les résultats d’un sondage CROP :

Les résultats du sondage reposent sur 1173 questionnaires complétés via Internet du 19 au 24 mars 2010 dans le cadre du sondage omnibus CROP-express. Compte tenu du caractère non probabiliste de l’échantillon web, le calcul de la marge d’erreur est impossible.

C’est la première fois que je vois autant de transparence à l’égard d’un sondage en ligne non probabiliste. J’ai été très agréablement surprise, pour ne pas dire émue!

Publié par Julie Fortin le 28 avril 2010

Le prétest d’un sondage en ligne

GO3-pretest-sondageJe vous ai déjà parlé en détail du prétest d’un sondage téléphonique. Mais qu’en est-il du prétest d’un sondage en ligne? Il est tout aussi important, mais se présente différemment.

Le prétest est «l’épreuve que subit la première mise en forme d’un questionnaire d’enquête ou d’un test auprès d’un échantillon réduit afin d’en déceler les défauts et d’y faire les corrections qui s’imposent.»
Source : Grand dictionnaire terminologique

Une des particularités du sondage web par rapport au sondage téléphonique, c’est qu’en plus du contenu, il faut aussi tester le contenant. En effet, le répondant doit avoir autant de facilité à lire et à comprendre les questions qu’à naviguer sur les pages web du sondage. On doit donc considérer l’ergonomie du sondage (nombre de questions par page, format et emplacement des questions, boutons, etc.) et le fonctionnement technique (chargement des pages, sauts de question, questions facultatives ou obligatoires, etc.).

Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 6 avril 2010

Sondages en ligne : quels indicateurs suivre? (4)

Sablier-durée-sondages-webJe continue ma série de billets sur les indicateurs les plus pertinents à suivre au cours d’un sondage en ligne. Aujourd’hui, il sera question de la durée du sondage et du temps de réponse par question.

Durée du sondage

La notion de durée est bien différente dans un sondage web par rapport au sondage téléphonique. Comme le sondage web est «auto-administré», le répondant peut prendre tout le temps nécessaire pour participer au sondage, incluant des pauses plus ou moins longues. En calculant la durée moyenne pour l’ensemble des participants, on a toutefois une bonne idée de l’investissement requis par le répondant. Lorsqu’on conçoit un questionnaire, il faut toujours garder à l’esprit que la longueur d’un sondage fait partie des facteurs qui influencent le taux de réponse, particulièrement dans les sondages en ligne : un sondage trop long pourra générer davantage d’abandons.

Mais en matière de durée, la situation est encore plus problématique lorsque le répondant est… trop rapide!
Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 29 mars 2010

Internet supplante la télévision chez les Canadiens? Pas sûr!

Television-internet-sondageLa semaine dernière, un intéressant sondage d’Ipsos mentionnait que, pour la première fois, le nombre d’heures consacrées à internet en une semaine dépassait le nombre d’heures passées à regarder la télé. Plusieurs médias et blogues ont relayé la nouvelle en faisant tous la même erreur d’interprétation. Pouvez-vous trouver de quelle erreur il s’agit?

Voici ce que dit l’étude originale :

Ipsos reports that for the first time ever in their tracking research, the weekly Internet usage of online Canadians has moved ahead of the number of hours spent watching television. [...] Overall, online Canadians are now spending more than 18 hours a week online, compared to 16.9 hours watching television.

Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 11 mars 2010

Utilité des sondages : le calcul du taux de chômage au Canada

IndicateursJ’entends souvent des gens mépriser les sondages : «C’est vous, ça, qui nous appelez à l’heure du souper?» ou pire encore «Arrêtez donc de me déranger pendant que j’écoute Virginie!»

Aujourd’hui, il est de bon ton de critiquer les sondeurs. Or, ce que certains oublient, c’est que les sondages produisent une information utile pour la société. Évidemment, je ne parle pas ici des sondages à saveur sensationnaliste. Je parle des sondages sérieux, qui portent sur des sujets sérieux, et qui sont menés avec toute la rigueur méthodologique nécessaire.

À titre d’exemple, je vous entretiendrai brièvement aujourd’hui du taux de chômage. Beaucoup de gens sont surpris d’apprendre que cet indicateur économique publié tous les mois est issu… d’un sondage.

Lire la suite »

Publié par Julie Fortin le 5 mars 2010

Sondages en ligne : quels indicateurs suivre? (3)

Porte2Dans la foulée de la série de billets «Sondages en ligne : quels indicateurs suivre?», je vous parle aujourd’hui du taux d’accès à un sondage en ligne.

Définition du taux d’accès

Le taux d’accès correspond à la proportion de personnes qui accèdent au sondage, peu importe qu’elles y répondent ou non. Il inclut donc les «curieux», par exemple ceux qui ne font que cliquer sur le lien d’invitation sans aller plus loin.

Lire la suite »