Publié par Julie Fortin le 10 juillet 2008

Calculer l’achalandage avec précision, un beau défi!

Foule de spectateurs à un concertC’est l’été, la saison des festivals de toutes sortes bat son plein! À Québec, les festivités du 400e anniversaire de la ville sont à l’honneur. Chaque jour, dans les médias, on nous indique que X milliers de personnes ont assisté à tel spectacle, participé à tel événement, visité tel lieu, etc. Mais comment s’assurer que ce nombre est bel et bien fidèle à la réalité? Qu’on n’embellit pas un peu les choses?

Quand il y a une billetterie ou un tourniquet, il est facile de dénombrer la foule. Mais lorsque l’entrée est libre… comment savoir? Il existe plusieurs méthodes. Par exemple, l’une d’entre elles consiste à mettre en rapport la superficie d’un site donné et la densité de la foule (ex. : 2 personnes par mètre carré). Or, si ce genre de méthode a l’avantage de donner des résultats rapides, elle entraîne aussi fréquemment des surestimations.

L’une des méthodes les plus fiables est la réalisation de sondages. Voici brièvement comment on s’y prend :

  • Un sondage par interception sur site (par des intervieweurs sur place lors de l’événement), auprès d’un échantillon aléatoire de participants, nous permet dans un premier temps de connaître la proportion des participants locaux (ex.: qui habitent dans un rayon de 40 km) par rapport aux visiteurs (ex. : qui habitent à plus de 40 km).
  • Par la suite, à l’aide d’un sondage général auprès d’un échantillon représentatif de la population adulte résidant sur le territoire de l’événement en question, il est possible d’estimer le nombre total de participants locaux qui étaient présents à l’événement.
  • Ne reste plus qu’à appliquer les règles mathématiques appropriées pour estimer, à partir de ces deux premières étapes, le nombre total de visiteurs.

Évidemment, les résultats ne peuvent être connus dès le lendemain. Toutefois, en procédant de cette façon, non seulement avons-nous une estimation assez précise de l’achalandage, mais il est aussi possible de recueillir simultanément des données supplémentaires pour calculer, par exemple, les retombées économiques de l’événement.

1 Commentaire sur “Calculer l’achalandage avec précision, un beau défi!”

  1. Aurelie

    Bonjour,

    Je m’intéresse beaucoup à la commandite et aux stratégies de financement privé. Dans cette démarche, j’ai développé des compétences pour compter la valeur des bénéfices offerts dans un programme d ecommandite. J’ai souvent recours au calcul d’achalandage, cependant je me heurte à une difficulté : un festival avec entrée gratuite peut estimer en moyenne le nb de visiteurs par jours. Cependant, comment mesurer le nombre de visiteurs uniques ? De plus, la manière de calculer la valeur du bénéfice (nombre de vues) sera différente selon que l’affiche est située dans un couloir de métro ou bien dans une salle avec un public captif.
    Doit-on recourir à un calcul de l’achalandage total ? Puisque celui ci n’est pas très représentatif du nombre de visiteurs par jour, est il possible de diminuer cet indicateur et si oui, de quel % ? De plus, quand on sait que la fréquentation est d’environ 400 000 visiteurs par jour, peut on en conclure que sur plusieurs jours l’achalandage est de 2 ou 3 millions ? Car étant donné que Montréal possède une population de 1,6 million, il est difficile de faire avaler à un partenaire que le logo sur une affiche a été vu par 5 ou 6 millions de personnes en 2 semaines. De plus, une personne peut revenir plusieurs fois, auquel cas nous devrons prendre en compte ceci dans l’estimation de la valeur des bénéfices offerts.

    Beaucoup de questions , j’en conviens, mais le calcul de la valeur d’une commandite requière une méthode détaillée, qui ne réuni pas encore un consensus.

    Au plaisir de vous lire,

    Aurélie

Laisser un commentaire